Accueil du site > Infos Pratiques > Le CD pour la compétition : règles de base

Le CD pour la compétition : règles de base

11 décembre 2017

Lors du tournoi de France des 9 et 10 déc. organisé à Tours nous avons eu plusieurs petits soucis à la musique. C’est malheureusement assez classique en compétition, mais pour que tout se déroule bien, il est important que ce genre de problèmes n’arrive pas : c’est stressant pour le ou la concurrente et cela fait prendre du retard à tout le monde, lors de journées éprouvantes pour celles et ceux qui passent parfois plus de 12 heures au bord de la piste.

Voici quelques pistes pour éliminer la musique des facteurs de stress de ces journées.

Graver le CD

Une fois la musique préparée, il faut la mettre sur CD. La plupart des logiciels de gravure permettent cela sans difficulté. Il convient cependant de prendre en compte deux ou trois petites choses.

Le type de CD : CD-R. Les autres CD (SA-CD, CD-RW, etc.) risquent de ne pas être lus sur les matériels les plus anciens, car la quantité de données qu’ils peuvent stocker ou la nature du matériau qui réfléchit le laser du lecteur CD est incompatibles avec ceux-ci.

Le format du CD : CD-Audio. C’est le format natif originel, qui en garantit la lecture sur tous les matériels. Les formats plus récents, notamment les MP3, sont pratiques pour le transport, mais pas nécessairement compatibles avec les matériels que vous pourrez rencontrer.

La vitesse de gravure : la plus basse possible. Plus la vitesse de gravure est élevée et plus cela demandera au matériel de lecture "un effort" (en fait un rayon puissant). Les matériels anciens utilisent des diodes laser moins puissantes que celles actuelles. Donc un CD gravé à une vitesse de 52x sera lu sans difficulté sur un matériel récent, mais sans doute plus difficilement sur un lecteur plus ancien.

Protéger le CD

La surface du CD est fragile, car les rayures provoquent des déviations du rayon laser qui risquent d’entrainer des erreurs de lecture. Une surface sale est également préjudiciable. Il faut donc protéger le mieux possible le CD. Et ça c’est le rôle du boitier.

Il faut privilégier les boitiers incassables souples, car plus résistants que les boitiers plastiques cristal, très fragiles. Faciles à trouver, les boitiers pour les DVD sont également une protection efficace. Voici par ex. 3 exemples de boitiers de ce type.

Identifier le CD

Dernière chose : lors d’une compétition, "l’accueil" et "la musique" (là où vous laissez le CD en arrivant et là où il sera utilisé) manipulent plus d’une centaine de CD. Il est important que la boite ET le CD soient identifiées avec au minimum :

- le nom
- la catégorie (R1, N3, N2, N1, etc. et poussin, minime, novice, etc.)
- le numéro de piste à utiliser si plusieurs sont présentes sur le CD

Sur le CD vous pouvez :

- coller une simple étiquette adhésive. Sur l’étiquette vous écrivez avec n’importe quel stylo (sauf les marqueurs qui ont tendance à transpercer le papier, donc retour au cas précédent.

- écrire directement dessus avec un feutre spécial CD (tout autre outil est à proscrire, certaines encres endommagent la surface du CD).

Un pour servir, l’autre en secours

Dès qu’un CD a été gravé, il faut l’essayer sur différents matériels : autoradio, lecteur de salon, radio-cd, etc... Si le CD fonctionne correctement, alors vous pouvez en graver un second. Vous devez avoir les deux avec vous : le premier est fait pour servir toute la saison, le second est à utiliser uniquement en cas de problème avec le premier.

Si le CD pose problème lors d’une compétition, il faut savoir s’il est réellement en cause. Il peut arriver que le problème soit du à une sono capricieuse (mais c’est rare, quand le problème vient de la sono, elle n’a pas de préférence pour votre CD en particulier, elle a tendance à le faire avec plusieurs). Bref, si on détermine que le CD pose problème : poubelle. Et on en grave un en remplacement.

En guise de conclusion

Appliquer ces conseils est relativement simple. Cela évite beaucoup de stress pour celui ou celle qui patine et lui permet de se concentrer sur sa prestation. Le participant est responsable de sa musique. S’il y a un problème avec les CD, c’est le patineur qui, quoiqu’il arrive, qui sera pénalisé car il ne pourra pas exécuter son programme dans les meilleures conditions.

SPIP | | Plan du site | Mentions Légales